Quantcast
peoplepill id: leo-israelowicz
LI
1 views today
8 views this week
Léo Israélowicz

Léo Israélowicz

Léo Israélowicz
The basics

Quick Facts

Is Singer Opera singer
From Germany
Field Music
Gender male
Death 1944, Auschwitz-Birkenau, Nazi Germany
Instruments:
Voice
The details (from wikipedia)

Biography

Léo Israélowicz ou Israel Israélowicz (ou Léo Ilkar) (né le 15 février 1912 à Tarnów, Galicie, Pologne et mort en 1944 à Auschwitz) est, lors de la Seconde Guerre mondiale, le chef du service de liaison de l'UGIF, organisme créé en 1941 à la demande du maréchal Philippe Pétain, avec la Gestapo.

Biographie

Léo Israélowicz est né le 15 février 1912 à Tarnów, Galicie, Pologne. Il est le fils de Balbina Israélowicz (née Rauchwerg), née le 13 octobre 1887 à Tarnów, Galicie, Pologne.

Vienne (Autriche)

À Vienne, un chanteur ténor dans les chœurs de l'Opéra viennois. En 1938, il est membre du conseil juif de la ville.

Paris

Adolf Eichmann et Theodor Dannecker le fait venir à Paris, le 18 mars 1941, avec Wilhelm Biberstein, autre membre du Judenrat de Vienne (Autriche), en Autriche.

Le but de leur venue à Paris est d'enseigner à la communauté juive française comment établir un Judenrat. Les nazis avaient utilisés la même méthode en 1941 quand ils font venir Chaim Rumkowski de Lodz à Varsovie et Jacob Edelstein (Jakob Edelstein) de Prague à Amsterdam. Ils publient un bulletin d'information dont le but est de conseiller les Juifs et de les accoutumer à obéir aux ordres nazis. L'hebdomadaire Informations juives parait à partir du 19 avril 1941. Il devient le Bulletin de l'UGIF, le 23 janvier 1942. Chaque numéro est visé par le sergent SS Ernst Heinrichsohn.

Actions positives

Robert Gamzon

Le 8 juillet 1943, Léo Israelowicz délivre une attestation, avec l'accord de Heinz Röthke, qui est avec Theodor Dannecker l'un des principaux responsables de la déportation des juifs de France de 1940 à 1944, exemptant Robert Gamzon, membre du conseil d'administration de l'UGIF pour la zone sud et du Consistoire central. Robert Gamzon est le fondateur, en 1923, des Éclaireurs israélites de France (EIF), il est l’une des principales figures de la Résistance juive en France.

Robert Meyers

Léo Israélowicz intervient pour la libération du rabbin Robert Meyers mais sans succès. Le rabbin Robert Meyers est Rabbin de la Haute-Savoie et directeur régional de l’UGIF, aumonier de la Croix-Rouge. Son épouse Suzanne Meyers est secrétaire régionale de l’UGIF. Ils sont arrêtés à Annemasse le 28 décembre 1942. Ils sont déportés par le Convoi No. 48, en date du 13 février 1943, de Drancy vers Auschwitz.

Déportation et assassinat par un Kapo

En France, il est accusé d'avoir aidé la Gestapo lors de certaines arrestations. Finalement, les Nazis finissent par le faire déporter à son tour.

Léo Israélowicz (31 ans) est déporté par le Convoi No. 63, en date du de Drancy vers Auschwitz, dans le même convoi que sa mère (56 ans). Leur dernière adresse est au 77 avenue Paul-Doumer dans le 16e arrondissement de Paris. C'est un hôtel particulier où il vit avec sa mère et sa fiancée Margareta Spitzer (20 ans), née à Biesad le 25 mars 1921. Le père de cette dernière est conseiller juridique de Léo Israelowicz. Margareta Spitzer est aussi déportée dans le Convoi No. 63 .

Il est ensuite transféré à Monowitz au printemps 1944 : reconnu par des déportés qu'il a dénoncés peu de temps auparavant, il est assassiné trois jours après son arrivée par un Kapo français du nom de Herbert, en réalité, un juif polonais qui pense avoir reconnu en Israélovicz celui qui l'a dénoncé aux Nazis.

Bibliographie

  • (en) Yehuda Bauer. American Jewry and the Holocaust: The American Jewish Joint Distribution Committee, 1939-1945. Wayne State University Press, 1981. ,
  • Henri Minczeles. Le 6e convoi de la mort. Revue d’Histoire de la Shoah 2005/1 (N° 182), pages 325 à 335
  • Richard Ayoun et עופרה בנט. Les allemands et l'union générale des israélites de France (L'U.G.I.F.). Revue Européenne des Études Hébraïques No. 11, מבטי המותקפים : אחרי ששים שנה / Soixante Ans Après: les Regards des Agressés (2005), pp. 85-103
  • (en) Michael Marrus. The Nazi Holocaust. Part 6: The Victims of the Holocaust, Volume 2. Walter de Gruyter, 2011. ,
  • Serge Klarsfeld. Le Mémorial de la déportation des Juifs de France. Beate et Serge Klarsfeld: Paris, 1978. Nouvelle édition, mise à jour, avec une liste alphabétique des noms.FFDJF (Fils et Filles des Déportés Juifs de France), 2012.
  • (en) Doron Rabinovici. Eichmann's Jews: The Jewish Administration of Holocaust Vienna, 1938-1945. Translated by Nick Somers. John Wiley & Sons, 2014. ,

Articles connexes

The contents of this page are sourced from Wikipedia article on 30 Apr 2020. The contents are available under the CC BY-SA 4.0 license.
comments so far.
Comments
From our partners
Sponsored
Sections Léo Israélowicz

arrow-left arrow-right instagram whatsapp myspace quora soundcloud spotify tumblr vk website youtube pandora tunein iheart itunes