Quantcast
peoplepill id: jean-maillard-2
JM
1 views today
2 views this week
Jean Maillard

Jean Maillard

Belgian painter
Jean Maillard
The basics

Quick Facts

Intro Belgian painter
Was Painter
From Belgium
Type Arts
Gender male
Birth 18 January 1901, Brussels, Arrondissement of Brussels-Capital, Brussels-Capital Region, Belgium
Death 20 June 1991, La Hulpe, Walloon Brabant, Wallonia, Belgium (aged 90 years)
Jean Maillard
The details (from wikipedia)

Biography

Jean Maillard est un artiste peintre belge, né à Bruxelles le 18 janvier 1901 et décédé à La Hulpe le 20 juin 1991. Il est peintre et dessinateur de nus, de marines, de natures mortes et, surtout, de portraits.

Biographie

À l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, Jean-Baptiste Maillard fut élève de Constant Montald, Émile Fabry et Jean Delville. Il fut également élève, à Gand, du sculpteur George Minne, et à Bruxelles, de E. Rombaux et de V.Rousseau.

À 11 ans, il fut nommé professeur de l’Académie des Beaux-Arts de Louvain. En 1958 sa renommée comme portraitiste devient internationale. En 1971, l’Administration des timbres de Belgique émet un timbre spécial avec son portrait de Georges Hubin, fondateur du parti ouvrier belge. Il est nommé en Belgique Chevalier de l’Ordre de Léopold II et Chevalier de la Couronne et, en France, Chevalier des Arts et des Lettres de la République française.

Désireux d’une société égalitaire, il admire et peint, en 1935, le portrait d’Émile Vandervelde et de ceux qui, du parti ouvrier belge, travaillaient pour améliorer les conditions des gens du peuple. En 1936, il dessine à Barcelone des affiches contre le bombardement des villes pendant la guerre civile espagnole. Cette même année, il expose à Paris, au Salon des indépendants. 1947, étouffé par la tension entre francophones et flamands, il émigre au nord de l’Europe. Il peint et expose en Suède, au Danemark, en Hollande, en Allemagne, en Italie et en Angleterre.

De retour en Belgique en 1952, il se donne totalement à l’art du portrait et à l’entreprise d’immortaliser ceux qui construisaient l’Europe du XXe siècle. À Cadenabbia, il peint le chancelier Konrad Adenauer, en Allemagne, ceux du chancelier Franz von Papen et du général Falkenhausen, ex-gouverneur allemand de Belgique et du nord de la France, et en France, ceux de Maurice Garçon, François Mauriac, Roland Dorgelès et Jean Rostand. De très nombreux personnages de la culture et de la science suivirent, Albert Schweitzer, François Mauriac, André Maurois, Jean Rostand, Bertrand Russell, et d’autres, du monde politique, tels que le roi Léopold III de Belgique, en tout une centaine de portraits qui forment une galerie de visages du XXe siècle, beaucoup accompagnés de la signature du modèle à même la toile.

Au début des années 70, le Parti Socialiste Belge, qui réunit encore les ailes wallonne et flamande de l'ancien P.O.B. (Parti Ouvrier Belge), et qui détient une grande série des larges dessins politiques de MAILLARD, en particulier ceux pris tirés d'Emile VANDERVELDE, en fait décorer le quatrième étage de ses locaux Boulevard de l'Empereur à Bruxelles, donc l'étage de la Présidence. Le trait de MAILLARD est si vif qu'on croirait le dessin fait la veille.

Devenu Ministre de la Culture Française en 1977, le socialiste wallon Jean-Maurice DEHOUSSE rencontre MAILLARD et entreprend avec ce dernier le projet de faire protéger dans un local approprié de la Culture Française les œuvres de l'artiste, qui envisage alors d'en faire don à la Communauté Française de Belgique, issue de la Révision de la Constitution belge opérée en 1070. Mais les Ministères se succèdent vite (nouveau Gouvernement en 1978, élections et nouveau Gouvernement en 1979, trois gouvernements dans la seule année 1980). DEHOUSSE demeure à la Culture Française en 1978 mais, pour reprendre l'expression d'André COOLS, "est muté à la Région Wallonne" qui vient de naître et dont la présidence lui est confiée en 1979. Son successeur à la Culture Française est un social-chrétien, Michel HANSENNE. Le projet MAILLARD n'aboutira pas.

Œuvres acquises par des musées ou des institutions officielles

(Sélection selon archives incomplètes, les œuvres sont classées par date d'acquisition :)

  • Portrait de Jules Destrée, Stedelijk Museum Vanderkelen-Mertens, Louvain.
  • Crépuscule sur les dunes, acquis par le Ministère de Culture, (administration des Beaux-Arts) Bruxelles.
  • Train dans le soir, acquis par le Ministère de Culture, (administration des Beaux-Arts) Bruxelles.
  • 1936 : Portrait de Adolphe Max, mairie de Bruselas, acquis par la Maison Communale de Bruxelles.
  • 1936 : Automne dans le Foret-de-Soignes (huile); collection privée
  • 1970 : Quinze dessins de Jules Bordet, directeur de l’Institut Pasteur de Bruxelles.
  • 1978 : Portrait de Jules Destrée (huile), acquis par le Ministère d’Éducation Nationale et de la Culture française.
  • 1984 : Portrait de Jules Destrée (fusain sur papier, 1935), acquis par le Ministère de la Communauté française à Bruxelles.
  • 1989 : Portrait de George Hubin (huile, 1934), acquis par le Ministère de la Communauté française à Bruxelles.
  • 1994 : Cent trente dessins de personnages su vingtième siècle et dix lithographies (1927-1963), donnés à la Bibliothèque Royale Albert Ier (numéros d’inventaire : F 39250 a F 39293)
  • 1994 : Portrait de Léopold III (dessin) et le tableau Thibaud, Cortot y Casals au Palais des Beaux-Arts (1932), acquis par la Bibliothèque Royale Albert Ier, à Bruxelles.
  • 1995 : Portrait de Désiré de Fauw (inventorié avec le numéro F 39517) et du Portrait du Général de Gaulle (inventorié avec le numéro F 39518), donnés a la Bibliothèque Royale Albert Ier.
  • 1999 : Portrait du ministre Albert Devèze, donné au Partis Libéral, Bruxelles.

Bibliographie

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

  • La Dernière Heure, 18 août 1977 : « Peinture intimiste, Jean Maillard-Vic Erna », article signé Alian Viray.
  • (en) Evening News, 9 avril 1974, p. 11 : « Artist who turns this… into this ».
  • Dernière heure, 8 août 1973 : « Oui, il existe encore des reporters du visage : Jean Maillard », article signé AlainViray.
  • Le Peuple, 3 décembre 1973, p. 7. : « Jean Maillard. L’extraordinaire portraitiste de ceux qui firent l’Europe de ce temps. »
  • Knack, 7 avril 1973, p. 69 : « Jean Maillard, peintre-artiste », article signé Jan van Rompaey.
  • Luxemburger Wort, nº 11/1153 : « Jean Maillard : portraitiste de génie ».
  • 1968 : Entrevue à la RTB. L’émission : Jean Maillard, portraitiste des personnalités de notre monde.
  • Germinal, nº 668, semaine du 25 au 31 août 1962, p. 8 : « La vie passionnée du peintre Jean Maillard ».
  • Apollo. Défenseur des Arts, nº86, 1er février 1951 : « Peintres du Nu et les Nus de Jean Maillard », article signé André Dumont-Rivoire. Inclus photo de « La pudeur », exposé au Salon des artistes français, 1951, Grand Palais, Paris. / nº 84, 1er décembre 1950 : « La révélation du siècle. Maillard ».
  • Le Moniteur, 23 mai 1931, p. 27 : « En passant par toutes les couleurs. Le Peintre Jean Maillard, signé M. Pierre Vandendries ».
  • Paul Piron, Dictionnaire des artistes et plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Lasnes, Éditions Arts in Belgium, vol. 2, p. 116

Notes et références

  • Portail des arts Portail des arts
The contents of this page are sourced from Wikipedia article. The contents are available under the CC BY-SA 4.0 license.
comments so far.
Comments
From our partners
Sponsored
arrow-left arrow-right instagram whatsapp myspace quora soundcloud spotify tumblr vk website youtube pandora tunein iheart itunes