Quantcast
peoplepill id: giordano-de-angelis
GDA
1 views today
1 views this week
Giordano De Angelis

Giordano De Angelis

The basics
Quick Facts
From Italy
Gender male
Birth 25 April 1937, Macerata
Age: 83 years
The details
Biography


Giordano De Angelis, né le 25 avril 1937 à Macerata, est un poète italien.

Biographie

Giordano De Angelis est né à Macerata, quelques années avant le début de la Seconde Guerre mondiale, sous le régime fasciste de Mussolini, dans une famille antifasciste. Son père, Lauro De Angelis, tailleur de pierre et sculpteur, il était un communiste bien connu dans la ville de Macerata. Il faisait partie des groupes d'action partisane (GAP), organisés en Italie par la Résistence. Sa mère, Emma, ètait une infirmière. Son grand-père, Giuseppe De Angelis, était un sculpteur réaliste. Dans sa jeunesse, il a joué au football, comme gardien, dans l'équipe de sa ville natale, la «Maceratese». Il a participé à la vie politique et sociale de sa ville (il a été membre, à plusieurs reprises, du Conseil municipal de sa ville), toujours comme représentant de partis de la Gauche (avant le PSIUP et après le PCI). Il a été aussi membre du Conseil d’administration de l’hôpital de Macerata, du Conseil d’administration des Arènes "Sferisterio" ; enfin il a été élu président de la Maison de retraite ("IRCR") de Macerata. Il a commencé à se consacrer à la poésie relativement tard, en choisissant la langue de son enfance, le dialecte. Il est marié au professeur, maintenant à la retraite, Giuditta (que ses amis et sa famille appellent Lida) Crucianelli.

Le poète avec sa femme

Le poète

Ses premières compositions sont des fables ironiques, des contes en vers plein d’esprit (voir les prémiers recueils “Da le fosse a le casette”, publié en 1978 et “Fregnacce”, publié en 1979), comme beaucoup de production poétique en dialecte. Au fils des ans, aussi après avoir rencontré son ami Piero Temperini, qui l’encouragera, en face de son talent, à s’engager dans une composition poétique plus inspirée et profonde, sa production atteint la maturité artistique, jusqu’à arriver à la «Lyrique » (voir les œuvres "Nó' ccennéte la luce”, publiée en 1998 et "Li scherzi de l'età", publiée en 2007). Avec ses pemiers recueils de poèmes, dont la prèmière édition est à “compte d’auteur” et la diffusion principalement dans sa ville natale, le poète a obtenu un certain succès dans la région de Macerata. La reconnaissance de la critique littéraire et d’un un plus large public de lecteurs a eu lieu quelques annèes plus tard, avec sa participation à des prix littéraires, en se classant parmi les meilleurs. Il a été très important la rencontre avec son ami Roberto Cherubini, qui est né et vit à Macerata, très intéressé par la ville et ses traditions. En effet Roberto a créé un grand nombre de “produits” artistiques et culturels (voir le site Web “Maceratando”), qui sont inspirés à les traditions et à la culture de la ville, en impliquant le poète dans la conception de ses créations artistiques (comme les “calendriers historiques”), et en utilisant les vers du poète dans les livres-photo. Il a aussi publié dans le Web beaucoup de vidèos où le poète rècite ses poèmes. De cette façon, il a contribué, de façon très importante, à la diffusion de la production artistique de De Angelis.

Article de Il Resto del Carlino pour la publication de "Maceratando"

En 1999 la maison d'édition Casalini Libri di Fiesole, a demandé trois exemplaires du recueil "Quanno non ciàgghjo voja de fà cósa", après la consultation des copies à la bibliothèque “Egidiana” di Tolentino, pour les envoyer, chacune, à la Mc Gill University Library, Québec, Canada, à la Universitat und Landesbibliothhek, Halle, Germania et enfin à la Harvard College Library, Massachusetts, Usa. Cela démontre la notoriété obtenue par les œuvres du poète. On doit remarquer aussi[style à revoir], a fin de la diffusion de ses œuvres poétiques hors de l’Italie, la rencontre du poète avec le chercheur universitaire Tania Paciaroni, (Université de Zurich) et avec le dr. Agostino Regnicoli (Université de Macerata), qui lui ont permis de diffuser sa production poétique dans le milieu universitaire. En effet en février 2010 la poésie “Lu dialettu”, a été traduit en anglais par la Dr Paciaroni et le Dr Regnicoli, pour la présenter à la School of Oriental and African Studies de l’Université de Londres; ceci afin de faire connaître le dialecte de Macerata aux anglophones qui étaient présents. En novembre 2013, le poète (par l’intermédiare de la Dr Paciaroni) a été chargé de traduire en dialecte la fable “Le soldat de plomb”, par l’University of Manchester School of Arts, Languages and Cultures, afin de l’insérer dans le livre audio “I dialetti d’Italia: fiabe, favole e racconti”, édité par Delia Bently, Francesco Maria Cicante e Silvio Cruschina. Deux de poésies du poète , “Lu paese mia” e “La candina svuta”, on a été mis en musique par le maître Osman Pugnaloni et chantées par le tenor Claudio Papa. Comme chansons, postées sur Youtube par Roberto Cherubini et publiées sur CD, elles ont atteint beaucuoup de gens, originaire de Macerata, émigré à l'étranger, qui a pu vivre à nouveau, à travers les vers du poète, les souvenirs et les atmosphère de sa ville natale, grâce à la langue de son enfance, le dialecte.

Les œuvres

  • "Da le fosse a le casette", Tipografia San Giuseppe, Macerata, 1978.
  • "Fregnacce", Cegna, Maestà di Urbisaglia, 1979.
  • "La panzanella", Libera università europea, Urbisaglia, 1983.
  • "Arti e mestieri", avec une introduction de Goffredo Giachini, Macerata, Unione tip. Operaia, 1985. 1° réimpression: Art Graf 2000, Macerata, 2012. 2° réimpression: Grafica Luigi Ricci Srl, Presse Bieffe spa, Macerata, 2015 (avec une introduction de Franco Moschini).
  • "Quanno non ciàgghjo voja de fà cósa", avec une introduction de Lia Craja et de Lina Forconi, Art Graf 2000, Macerata, 1995.
  • "Nó' ccennéte la luce", avec une introduction di Liliana Scali, Art Graf 2000, Macerata, 1998.
  • "Calendario di Macerata 2007, li scordati del '44", Creazioni Archimede, Macerata, 2006.
  • "Macerata 2008, con foto d'epoca, curisosità e notizie storiche" (calendrier), Creazioni Archimede, Macerata, 2007.
  • "Li scherzi de l'età", avec une introduction di Franco Brinati e Leonardo Mancino, Art Graf 2000, Macerata, 2007.
  • "Animali", avec une introduction en vers du poète, Grafica Luigi Ricci, Digitech, Recanati, 2015.
  • "Li lupi", fable en vers, auto-publié par l’auteur et donné à ses amis.

La poétique

Depuis son enfance, puisqu’il provient d’une famille humble, il passe son temps avec "les gens du peuple", qui parlent surtout dans le dialecte de Macerata ("maceratese"). Le dialecte n’est pas donc une "superstructure", que le poète choisit pour écrires ses vers, mais il est la façon naturelle d'exprimer ses sentiments ses passions, ses idées. Le poète ne considère pas le dialecte, comme, à plusieurs reprises, on a eu l'occasion de le signaler dans les discussions sur la poésie en dialecte, un "sous-produit" de la langue italienne, mais quelque chose de différent, une vraie langue que le peuple a utilisé dans le passé et qu'il continue à utiliser encore aujourd'hui. Par conséquent le dialecte, comme tous les autres langues "vivantes" se va modifier au fil du temps, pour exprimer des concepts, décrire des situations et des objets qui, peu à peu, sont entrés dans la vie de tous les jours. Le poète pense et conçoit ses poèmes en dialecte, pas en italien. Les vers doivent être lus et compris dans le dialecte; la traduction en italienne est donc difficile, ou du moins simpliste, puisque elle ne peut pas exprimer toute la puissance expressive de la langue d'origine.

Prix

  • Décembre 1997, V Concours de poésie en dialecte, Fermo, 1° qualifié;
  • Décembre 2001, VII Concours de poésie en dialecte, Fermo, 2° qualifié;
  • Juillet 2003, Prix de poésie en dialecte "E. Gardini", Porto Recanati, 2° qualifié;
  • Décembre 2003, VIII Concours de poésie en dialecte, Fermo, 1° qualifié;
  • Novembre 2004, Concours de poésie en dialecte "Molinello 2", Senigallia, 1° qualifié;
  • Novembre 2005, Concours de poésie en dialecte "Molinello 2", Senigallia, 1° qualifié;
  • Mars 2007, Il reçoit le prix "Creativamente" du département de Macerata (San Severino Marche);
  • Aoȗt 2007, Festival de poésie en dialecte, Varano, 2° qualifié pour le département de Macerata;
  • Décembre 2007, X Concours de poésie en dialecte, Fermo, 2° qualifié;
  • Novembre 2010, Concours de poésie en dialecte "Molinello 2", Senigallia, 2° qualifié;
  • Novembre 2011, Concours de poésie en dialecte "Molinello 2", Senigallia, 1° qualifié;
  • Avril 2012, Nuits des dialectes de la Région Marche, Montecassiano, 2° qualifié.

Bibliographie

  • A.A.V.V., "Vola, vola picciò, Antologia di poesia dialettale del maceratese", avec une introduction de Franco Brinati, Grafica “maceratese”, Macerata, 1991.
  • "Arti e mestieri, rime in dialetto maceratese", poésies de Giordano De Angelis, édité par Luigi Ricci, avec une introduction de Franco Moschini, traduction par Eleonora Luzi, Association culturelle Casale delle Noci, Presse Bieffe spa, Macerata, 2015.
  • "Calendario di Macerata 2002, con foto d'epoca, curiosità storiche, poesie dialettali", création par Roberto Cherubini, poésies de Giordano De Angelis, Créations Archimede, Macerata, 2001.
  • "Calendario di Macerata 2007, li scordati del '44", création par Giordano De Angelis et Roberto Cherubini, graphique par Roberto Cherubini, poésies de Giordano De Angelis, Créations Archimede, Macerata, 2006.
  • "Da le fosse a le casette", strophes en dialecte "maceratese" de Giordano De Angelis, avec une introduction en vers de Eriodante Domizioli, dessins par Reginaldo Monachesi (Nando), Typographie San Giuseppe, Macerata, 1978.
  • Franco Brinati, "Quel dialetto che riporta alle origini", dans "Noi Maceratesi", éditorial de Paola Pagnanelli, Il Resto del Carlino, 13 mai 2017.
  • "Fuga in Egitto - il racconto di Matteo in quaranta idiomi parlati in Italia", édité par Manlio Baleani, Controvento Editions, Loreto, 2011.
  • Giancarlo Liuti, "La fuga in Egitto", dans Cronache maceratesi, 18 décembre 2011.
  • Giancarlo Liuti, "La scomparsa delle botteghe", dans Cronache maceratesi, 8 avril 2012.
  • Giancarlo Liuti, "Perché tanto spettacolo sull'intimità dei funerali", dans Cronache maceratesi, 9 novembre 2013.
  • Giancarlo Liuti, "La sapienza delle mani nella storia delle "Casette", dans Cronache maceratesi, 8 mars 2014.
  • Giancarlo Liuti, "Un'umanità più solidale nella Macerata dei soprannomi", dans Cronache maceratesi, 28 juin 2014.
  • Giancarlo Liuti, "Grazie al "Casale delle Noci" il dialetto entra nelle scuole", dans Cronache maceratesi, 11 avril 2015.
  • Giancarlo Liuti, "Molto meglio gli animali veri degli umani che sono animali", dans Cronache maceratesi, 31 octobre 2015.
  • Giancarlo Liuti, "La "dittatura" dell'economia sta rendendo più triste la vita", dans Cronache maceratesi, 20 aoȗt 2016.
  • Giancarlo Liuti, "Quando il terremoto fa pensare ad altro", dans Cronache maceratesi, 5 novembre 2016.
  • Giancarlo Liuti, "Vince pure sul terremoto il vino cotto di Loro Piceno", dans Cronache maceratesi, 14 janvier 2017.
  • Giancarlo Liuti, "Basta con le raccomandazioni che ingannano giustizia e verità", dans Cronache maceratesi, 8 avril 2017.
  • I dialetti d’Italia: fiabe, favole e racconti”, édité par Delia Bently, Francesco Maria Cicante et Silvio Cruschina, University of Manchester, Manchester, 2014.
  • Leonardo Mancino, "Giordano De Angelis - Un poeta maceratese" dans Hortus, Journal semestriel de Art et Poésie, Fast Edit, Acquaviva Picena (AP), septembre 2004.
  • "Macerata 2008, con foto d'epoca, curisosità e notizie storiche" (calendario), sous le patronage de la ville de Macerata, création par Giordano De Angelis et Roberto Cherubini, Créations Archimede, Macerata, 2007.
  • "Macerata, ieri, oggi. Foto antiche ed attuali - Proverbi e poesie dialettali", édité par Roberto Cherubini, poésies de Giordano De Angelis, Crèations Archimede, Tipografia Gutemberg, Macerata, 1999.
  • "Maceratando, Immagini, Poesie, Musica", édité par Roberto Cherubini, poésies de Giordano De Angelis, musiques par Valter Vitali, Art Graf 2000, Macerata, 2004.
  • "Piazze, vie e vicoli di Macerata, intitolati ai marchigiani", édité par Roberto Cherubini, poésie de Giordano De Angelis, Créations Archimede, Lithographie COM Soc. coop., Capodarco di Fermo, 2009.
  • Tania Paciaroni, "Dialecte et italien standard à Macerata. Du côté du locuteur", dans Jean-Léo Léonard and Karla Janiré Avilés Gonzáles (eds), Documentation et revitalisation des « langues en danger ». Épistémologie et praxis, Michel Houdiard Éditeur, Paris, 2015.

Liens externes

  • Portail de la poésie Portail de la poésie
The contents of this page are sourced from Wikipedia article. The contents are available under the CC BY-SA 4.0 license.
comments so far.
Comments
arrow-left arrow-right arrow-up arrow-down instagram whatsapp myspace quora soundcloud spotify tumblr vk website youtube stumbleupon comments comments pandora gplay iheart tunein pandora gplay iheart tunein itunes